Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

COOPÉRATION ARGENTINE AVEC LES MUNICIPALITÉS DU MONDE.

Au cours des dernières décennies, les acteurs locaux ont commencé à jouer un rôle plus important dans le domaine des relations internationales. À travers la mondialisation et les nouveaux médias, les cas de rapprochement entre collectivités situées dans différentes parties de la planète se sont multipliés. Un mode de contact entre ces unités est produit par la coopération décentralisée.

Parrainez cette note:

La forme en argent des sociétés latines en Afrique. C’est un showroom à Abidjan, en Côte d’Ivoire et à Lagos, au Nigéria, chargé de promouvoir les produits et services de nos futurs partenaires latino-américains dans le but de leur procurer des marchés.

Au cours des dernières décennies, les acteurs locaux ont commencé à jouer un rôle plus important dans le domaine des relations internationales. À travers la mondialisation et les nouveaux médias, les cas de rapprochement entre collectivités situées dans différentes parties de la planète se sont multipliés. Un mode de contact entre ces unités est produit par la coopération décentralisée.

La Direction générale de la coopération internationale (DGCIN), prenant en compte la place que cette coopération occupe dans le cadre de la coopération au développement, inclut parmi ses lignes d’action la coopération décentralisée, en tenant compte des politiques définies par le Gouvernement national, qui fonde ses postulats sur l’établissement de relations avec les peuples autour des concepts d’équité, d’horizontalité et d’égalité, afin de réaliser des objectifs communs, et de promouvoir le développement autonome des peuples garantissant, l’inclusion sociale de tous les secteurs d’activités.

La coopération décentralisée au sens strict consiste dans la coopération entre les administrations locales (provinces, municipalités, départements, régions, États fédérés, communautés, districts, etc.) de différents pays, qui ont la capacité de poursuivre des liens fondés sur des relations horizontales pour la réalisation de programmes de développement mutuel. Grâce à elle, la collaboration technique est favorisée en tenant compte des avantages réciproques des partenaires. Les projets sont cofinancés (mais pas nécessairement à parts égales) par des gouvernements locaux qui cherchent à relier les points faibles et les points forts des territoires respectifs afin de les compléter, dans le but de contribuer à leurs développements respectifs.

Cette relation privilégie les échanges et les alliances stratégiques en matière technique et organisationnelle, tout en favorisant l’établissement de relations politiques et institutionnelles ancrées sur la dimension territoriale la plus proche des habitants, des communautés.

La génération de liens de coopération décentralisée contribue au développement local dans une approche intégrée incluant le développement économique, social, culturel, environnemental, institutionnel et humain des territoires concernés. Ces liens doivent être liés à la politique étrangère des États nationaux.

Source : Direction General de Coopération Internacional du ministère des affaires étrangères d’Argentine.